DÉMÉTER

Dans la mythologie grecque, Déméter (“la mère”) est la fille des Titans Cronos et Rhéa. Déesse de la fertilité et des moissons, son nom latin – Céres – est à l’origine du mot “céréales”. De son union avec son frère Zeus naît Korè (“la fille”) également connue sous le nom de Perséphone.

Pauvre petite fille sans nourrice
Arrachée du soleil

Tandis que Déméter “veille au grain”, Zeus décide d’unir sa fille à son frère Hadès qui passe pour être l’un des dieux les plus riches vu le nombre de sujets qui peuplent son royaume, celui des enfers !

Complice, sa grand-mère Gaïa, déesse de la Terre, fit pousser une fleur magique. Au moment où Perséphone voulut la cueillir, la terre s’ouvrit permettant au maître des morts d’enlever sa nièce.

Je réserve les cieux
Pour d’autres aventures

Alertée par le cri de Perséphone qui déchirait le cosmos, Déméter entreprit une quête éperdue et désespérée, à l’image de celle d’Isis dans le mythe d’Osiris. Après neuf jours et neuf nuits de recherches, Hélios, le dieu du Soleil qui avait évidemment tout vu, consentit à révéler à Déméter la vérité sur la disparition de sa fille.

Par mesure de rétorsion, Déméter descendit vers la terre des hommes et refusa de regagner l’Olympe tant que sa fille serait captive. Ayant perdu sa beauté et sa jeunesse divines, elle se rendit incognito dans la ville d’Eleusis où elle se fit engager comme nourrice par les quatre filles du roi.

A l’aube on était vermoulu, pressé comme le raisin
Avec lequel les dieux fabriquent l’Ambroisie-Chambertin

A nouveau établie dans un rôle de mère, Déméter décida de rendre immortel le jeune prince dont elle s’occupait. Le petit grandissait à toute vitesse grâce à l’ambroisie, la nourriture des dieux, avec laquelle elle le frottait.

Oui par Isis et Déméter, les matrones associées
Que va penser de vous votre si bonne Vierge Marie ?

Surtout, chaque nuit, Déméter plongeait l’enfant dans le feu divin censé consumer ce qu’il avait de mortel. Surprise par Métanire, la mère de l’enfant, Déméter lâcha le jeune prince qui redevint humain, et donc mortel. C’est très exactement ce qui arriva à Isis à Byblos lorsque cette dernière, à la recherche du corps dépecé d’Osiris, voulut rendre immortel le fils de la reine Astarté dont elle était également devenue la nourrice.

Les reines immortelles
Ont le silence austère
Des mères qui nous rappellent
Sous leur lingerie de pierre

Déchue pour la seconde fois de son rôle de mère, Déméter révéla son identité et fit bâtir un temple en son honneur, donnant naissance au fameux culte des mystères d’Eleusis dont les adeptes espéraient percer le secret de la vie éternelle.

Déméter, ayant pouvoir de vie et de mort sur le monde végétal, repartit à la quête de Perséphone et décida que plus rien ne pousserait ni ne fleurirait sur terre jusqu’à ce qu’on lui rende sa fille.

Je te veux dans la prière
Des dieux suppliant l’Humain

La survie de l’espèce humaine était en jeu, et sans hommes, c’étaient les immortels qui risquaient de s’ennuyer… à mourir ! Zeus envoya donc Hermès, le messager des dieux, ordonner à Hadès de libérer Perséphone. Devant s’exécuter, Hadès se débrouilla pour faire grignoter un pépin de grenade, la nourriture des morts, à la jeune fille.

A jamais liée aux enfers par le fruit qu’elle venait de consommer, Zeus proposa une solution équitable : Perséphone passera désormais deux tiers de son temps avec sa mère, Déméter, et un tiers dans l’obscurité des enfers avec Hadès.

Ainsi, au printemps, lorsque Perséphone rejoint sa mère, tout pousse en abondance sur terre, tout refleurit et la vie reprend le dessus. Passée la belle saison de l’automne, Perséphone retourne aux enfers. La végétation dépérit jusqu’au printemps suivant, phénomène consacrant Déméter déesse des saisons.

Le printemps qui refleurit
Fait transpirer le macadam