Affaire Rimbaud

AFFAIRE RIMBAUD

(Paroles : H.-F. Thiéfaine – Musique : H.-F. Thiéfaine et Claude Mairet)

La jambe de Rimbaud
De retour à Marseille

Comme un affreux cargo
Chargé d’étrons vermeils
Dérive en immondices
A travers les égouts
La beauté fut assise
Un soir sur ce genou

Horreur Harar Arthur
Et tu l’as injuriée
Horreur Harar Arthur
Tu l’as trouvée amère, la beauté ?

Une saison en enfer
Foudroie l’Abyssinie
O sorcière ô misère
O haine ô guerre voici

Le temps des assassins
Que tu sponsorisas
En livrant tous ces flingues
Au royaume de Choa

Horreur Harar Arthur
Ô Bentley Ô châteaux
Horreur Harar Arthur
Quelle âme, Arthur, est sans défaut ?

Les poètes aujourd’hui
Ont la farce plus tranquille
Quand ils chantent au profit
Des derniers Danâkil
Juste une affaire d’honneur
Mouillée de quelques larmes
C’est quand même un des leurs
Qui fournissait les armes

Horreur Harar Arthur
T’es vraiment d’outre-tombe
Horreur Harar Arthur
Et pas de commission
Horreur Harar Arthur
Et pas de cresson bleu
Horreur Harar Arthur
Où la lumière pleut


C’est une réponse à une question que l’on me posait souvent à la fin du concert : “Ma position vis-à-vis des Bands Aids en faveur de l’Ethiopie ?”.
Et comme j’ai toujours refusé de faire une chanson pour l’Ethiopie, j’ai pris le biais Rimbaud pour répondre. Moi, je joue avec les situations, c’est ce que j’ai fait. Je crois que je ne peux pas dire mieux. Tout est dit dans le dernier couplet.
Juillet 1987 – Sur la même longueur d’onde n°20