Lubies sentimentales

LUBIES SENTIMENTALES

(Paroles : H.-F. Thiéfaine – Musique : Cali)

Son sourire est si mystérieux
Quand elle exorcise mes regrets
À l’heure où s’éteignent ses yeux
Chargés d’impalpables secrets
Ses lèvres aux discours silencieux
Ses larmes aux langueurs enfantines
Son regard inquiet qui s’émeut
D’un poème aux rimes androgynes

Dans le jasmin de ses cheveux
Où se dénouent mes doigts fébriles
Je m’enivre au voluptueux
Parfum de son âme indocile
Son rire agite les girandoles
D’un feu d’artifice étonnant
Mes lèvres sur les aréoles
De ses seins aux dessins troublants

Flamboyante ivresse de mes jours
Fulgurante Astrée de mes nuits
Délicieuse hôtesse au long cours
Qui m’éclaire et qui m’éblouit
Déesse de mes gravures anciennes
Fille de mes équations païennes
Ange quantique et démon fatal
De mes lubies sentimentales

Lorsque son souffle accéléré
Me dévoile dans un murmure
Le charme des verbes oubliés
Sous les mailles de mon armure
Ses jeux inédits, ses baisers
Magnifient sa beauté rebelle
Quand elle pleure dans l’intimité
Souriante de ses dentelles

Flamboyante ivresse de mes jours
Fulgurante Astrée de mes nuits
Délicieuse hôtesse au long cours
Qui m’éclaire et qui m’éblouit
Déesse de mes gravures anciennes
Fille de mes équations païennes
Ange quantique et démon fatal
De mes lubies sentimentales

 


Bandana ou bandeau ?
Le bandeau de la pochette de mon nouveau disque est symbolique. Il a plusieurs significations. Le bandeau du condamné à mort, nous sommes tous destinés à mourir, c’est l’absurdité de la condition humaine. Celui de la justice, qui renvoie aux déesses de la mythologie grecque, elles le portaient – je l’évoque d’ailleurs dans le texte Lubies Sentimentales. Il faut parler de justice dans un monde tellement corrompu, un monde de bassesse et de trahison. Et puis il y a le bandeau du libertinage, en dentelle. Et ce bandeau est aussi une façon de se protéger de la lucidité du monde parfois si blessante.
L’express.fr – 06/12/2014