Modèle dégriffé

MODÈLE DÉGRIFFÉ

(Paroles et Musique : H.-F. Thiéfaine)

Je te vois dans les miroirs
Et je contemple en rêvant
Les joyaux de ton histoire
La folie de tes 20 ans
Je te vois et je me perds
A te regarder danser
Tu as tellement la manière
De tout vouloir bousculer

Tu es belle à rendre fous
Ceux qui voudraient te piéger
Mais tu sais rendre si doux
Les fauves aux crinières d’acier
Et tu joues dans les ruelles
Où les perdants vont tricher
Au milieu des étincelles
De tes fragrances enflammées
Et tu vois

Et tu vois je prends le temps
Patiemment je prends le temps / le temps
Oui tu vois je prends le temps
Patiemment je prends le temps / le temps

Je suis le seul confident
De ton labyrinthe obscur
Et si je suis ton amant
Je suis aussi ton augure
Je peux lire ton avenir
Dans ta façon de marcher
Et je sais que tes désirs
Font partie de mon passé

Tu te blottis contre moi
Pour oublier tes ennuis
Mais tu as tes propres lois
Et tu gouvernes mes nuits
Mais ce temps qui m’appartient
C’est le temps de ton sourire
Le temps d’un matin qui vient
M’achever et m’abrutir
Et tu vois

Et tu vois je prends le temps
Patiemment je prends le temps / le temps
Oui tu vois je prends le temps
Patiemment je prends le temps / le temps

En fait que sais-je de toi
Quand tu connais mes secrets
Est-ce que tu te sers de moi
Est-ce que je suis ton jouet
Le reflet de ta beauté
Dans l’ombre de ton mépris
Trouble espiègle et sans pitié
Le double jeu de tes nuits
Et tu vois

Et tu vois je prends le temps
Patiemment je prends le temps / le temps
Oui tu vois je prends le temps
Patiemment je prends le temps / le temps
Et tu vois je prends le temps
Le temps de te dire seulement ; maintenant
maintenant : va-t-en !


extrait de l’album inédit : Itinéraire d’un Naufragé


Vous évoquiez tout à l’heure un « changement de vie », est-il lié au burn-out que vous avez fait à l’été 2008 ?
Oui. Ma guérison a été très longue, et quand je me suis senti mieux, j’avais vraiment envie de passer à autre chose, de ne pas revenir en arrière, d’écrire des textes plus compatibles avec mon nouvel état d’esprit. J’ai abandonné Itinéraire d’un naufragé, l’album sur lequel je travaillais avant mon burn-out. J’en ai simplement repris deux chansons (Petit matin 4.10 heure d’été et Garbo XW machine) dans Suppléments de mensonge et trois autres en bonus sur le deuxième CD de l’album. Il reste encore d’autres titres sur cet album fantôme que je reprendrai peut-être un jour.
Télérama n°3241 – 22/02/2012