Ta vamp orchidoclaste

TA VAMP ORCHIDOCLASTE

(Paroles : H.-F. Thiéfaine – Musique : Guillaume Soulan)

J’ai rencontré des meufs que j’ai su éviter
Mais je crois que la chance n’est pas de ton côté
Si les hommes viennent de Mars et les femmes de Pigalle
T’as trouvé la plus dingue des espèces infernales :
Ta vamp orchido
Ta vamp orchidoclaste

Ta cendrillon tarée vient d’un autre univers
Vu les traces de trou noir sur sa chaussure de vair
Elle court dans tes couloirs, elle rue dans tes converses
Et t’entraîne en hurlant dans des voies qui s’inversent
Ta vamp orchido
Ta vamp orchidoclaste

C’est une brise-burnes
Une casse-burettes
Un cauchemar diurne
Une trouble-fête
Une tornade en croco
Qui se chauffe aux benzos
Aux vibrations néfastes
Ta vamp orchido
Ta vamp orchidoclaste

Tu n’es pas fatigué d’offrir tes vieux démons
A cette fille des sixties qui traîne avec ton nom
Plus vive qu’un mocassin dans la boue du bayou
Elle pompe ton énergie sur un rythme vaudou
Ta vamp orchido
Ta vamp orchidoclaste

Elle te couvre les yeux d’une peau de panthère noire
Qui t’empêche de penser et qui t’empêche de voir
La vérité en face et la réalité
De ce que tu seras quand elle t’aura vidé
Ta vamp orchido
Ta vamp orchidoclaste

C’est une brise-burnes
Une casse-burettes
Un cauchemar diurne
Une trouble-fête
Une tornade en croco
Qui se chauffe aux benzos
Aux vibrations néfastes
Ta vamp orchido
Ta vamp orchidoclaste

Si elle perd sous la pluie ses clopes et sa barrette
Ta gorgone se transforme en furie sous amphètes
Et j’en deviens baba et les 40 voleurs
Sous ses yeux de sorcière et de ventilateur
Ta vamp orchido
Ta vamp orchidoclaste

Toujours à critiquer, toujours à raconter
Quelque sordide horreur sur tes amis passés
Elle t’entraîne dans un gouffre aux multiples rancoeurs
D’où je préfère m’enfuir en te laissant l’honneur
L’honneur de lui chanter

T’es une brise-burnes
Une casse-burettes
Un cauchemar diurne
Une trouble-fête
Une tornade en croco
Qui se chauffe aux benzos
Aux vibrations néfastes
Ta vamp orchido
Ta vamp orchidoclaste