La fille du coupeur de joints

LA FILLE DU COUPEUR DE JOINTS

(Paroles et musique : H.-F. Thiéfaine)

Elle descendait de la montagne
Sur un chariot chargé de paille
Sur un chariot chargé de foin
La fille du coupeur de joints
La fille du coupeur de joints

Elle descendait de la montagne
En chantant une chanson paillarde
Une chanson de collégien
La fille du coupeur de joints
La fille du coupeur de joints

Ben nous on était cinq chômeurs
A s’lamenter sur notre malheur
En se disant qu’on se taperait bien
La fille du coupeur de joints
La fille du coupeur de joints

Elle descendait de la montagne
V’là qu’elle nous voit vers les murailles
Et qu’elle nous fait : coucou les gens !
La fille du coupeur de joints
La fille du coupeur de joints

Ben, v’là qu’elle nous prend par la taille
Pis qu’elle nous emmène sur sa paille
Elle nous fait le coup du zeppelin
La fille du coupeur de joints
La fille du coupeur de joints

Ben nous on était cinq chômeurs
A s’payer une tranche de bonheur
Une tranche de tagada tsoin-tsoin
La fille du coupeur de joints
La fille du coupeur de joints

Quand on eut passé la ferraille
Elle nous fit fumer de sa paille
Sacré bon dieu que c’était bien
La fille du coupeur de joints
La fille du coupeur de joints

Plus question d’chercher du travail
On pédalait dans les nuages
Au milieu des petits lapins
La fille du coupeur de joints
La fille du coupeur de joints

Elle descendait de la montagne
En chantant une chanson paillarde
Une chanson de collégien
La fille du coupeur de joints
La fille du coupeur de joints


Votre titre ” La fille du coupeur de joints ” fait l’apologie du cannabis, non ?
Cette chanson est une grande farce une fois de plus. Je n’ai qu’une peur, c’est que le gouvernement légalise le cannabis parce qu’après, ma chanson sera complètement démystifiée ! (rires)
11/12/1998 – France Soir


j’ai écrit une chanson sur le sujet “La fille du coupeur de joints”, mais c’est une chanson comique, une parodie que l’on doit prendre au second degré.
Je pense qu’il faut en rigoler ou alors je vais reprocher à Baudelaire de m’avoir fait fumer mon premier pétard !
Octobre 1994 – Best n°313


Ce n’est pas un peu casse-bonbons d’entendre des lascars réclamer “La fille du coupeur de joints” ?
Honnêtement, il y a des années, dans les périodes de crise, ça m’ennuyait, mais aujourd’hui je ne renie plus rien de mon passé. C’est le karma ça, mon gars : tu as semé, il faut assumer la récolte.
Mai 1988 – Guitare & Claviers n°85