Fra Angelico (ca 1390 – 1455)

Fra Angelico, de son vrai nom Guido di Pietro, est né dans le Mugello, en Italie, à la fin du XIVème siècle. En 1417, il entre au couvent San Domenico de Fiesole appartenant à l’ordre des Dominicains et se fait appeler Fra Giovanni (Frère Jean). Selon la règle de saint Dominique, il fait vœu de pauvreté absolue et d’ascétisme.

Il étudie la théologie à Foligno et à Cortone, où il est ordonné prêtre. Nommé vicaire puis prieur, il s’acquitte avec zèle des charges qui lui sont confiées mais s’intéresse particulièrement à la peinture. Il ne saisissait jamais ses pinceaux sans avoir effectué une prière.

En 1438, Fra Giovanni est sollicité par les Médicis pour décorer, à Florence, le couvent San Marco préalablement occupé par les sylvestrins.

Crucifixion avec la Vierge et dix-sept saints
Fra Angelico met des larmes dans mon vin

Sur le tympan nord de l’ex-salle capitulaire du couvent, Fra Giovanni peint une fresque monumentale nommée Crocifissione con i santi. Il affirmait représenter les anges et les saints tels qu’il les voyait en vivant parmi eux et ne peignait jamais un crucifix sans que des larmes ne coulent le long des joues du christ. En 1443, lors de l’inauguration du couvent, le pape Eugène IV, est impressionné par l’œuvre de l’artiste.

En 1445, ce dernier le convoque à Rome pour décorer la chapelle du Sacrement du Vatican. L’année suivante, Fra Giovanni décline humblement la proposition de devenir archevêque de Florence et suggère le nom de son ami Antonino Pierozzi qui avait dirigé les travaux du couvent San Marco.

En 1450, il retourne au couvent de Fiesole pour y occuper la charge de prieur. Trois ans plus tard, il est de nouveau appelé à Rome pour peindre la chapelle de Nicolas V.

La piété phagocyte mes prières et mes gammes
Quand les tarots s’éclairent sur la treizième lame

Fra Angelico meurt à Rome le 18 février 1455, dans le dénuement le plus total, en ayant consacré toute son existence à la vie religieuse. Le peintre et dévot ne faisant qu’un, il est béatifié par le pape Jean-Paul II le 3 octobre 1982.

Le 18 février 1984, lors de la première fête liturgique, ce dernier proclame frère Jean de Fiesole saint patron des artistes. Le corps de Beato Angelico repose toujours dans l’église dominicaine de Sainte-Marie-de-la-Minerve, au centre de Rome.

Celui des triptyques & des dômes
Du quattrocento florentin


Fra Angelico – Crucifixion et saints (1441)