Johann Sebastian BACH (1685-1750)

Johann Sebastian est né le 21 mars 1685 à Eisenach (Thuringe). Il est le huitième enfant d’une famille composée de plus de quatre-vingt musiciens dont une bonne moitié d’organistes. Dans sa province natale, le simple nom de Bach évoque déjà la qualité de musicien.

Initié très jeune au violon par son père, il n’a as encore dix ans lorsque, orphelin, il est placé chez son frère aîné à Ohrdruf qui lui enseigne l’orgue. A l’âge de 15 ans, il entre au lycée de Lüneburg, une pension pour enfants pauvres, où il découvre la musique vocale polyphonique. Adolescent, il se passionne également pour le latin et la théologie.

En 1703, il entre comme violoniste et suppléant à l’orgue dans l’orchestre du duc de Weimar. Par la suite nommé organiste de l’église d’Armstadt dont l’orgue vient tout juste d’être terminé, il impressionne fortement les habitants de cette cité lors du concert d’inauguration et se forge rapidement une réputation de virtuose et d’improvisateur.

En 1705, il effectue un trajet de plus de 300 kilomètres à pied pour rencontrer Buxtehude, le plus brillant des organistes de l’époque, à Lübeck. Son congé de quatre semaines durera finalement quatre mois et son jeu s’en trouvera métamorphosé, et les étranges variations et harmonies qu’il joue compliquent sa relation avec ses employeurs.

En 1708, il édite pour la première fois une de ses œuvres, la cantate Gott ist mein König BWV 71. L’année suivante, il compose la fameuse Toccata et Fugue BWV 565. En 1714, il est nommé Maître des concerts par le duc de Weimar. Les extravagances religieuses du Duc et l’irritabilité de Bach vont provoquer des conflits entre les deux hommes. En 1723 Jean-Sébastien Bach accepte le poste de Cantor à l’église Saint Thomas de Leipzig. Il assure l’enseignement musical et compose de la musique religieuse.

La pièce maîtresse de son œuvre pour clavier reste le Clavier bien tempéré, où se révèle tout l’art du compositeur. Dans ces deux livres (1722 et 1744) sont réunis deux fois 24 Préludes et Fugues dans les 24 tonalités majeures et mineures de la gamme tempérée.

Il passera les vingt-cinq dernières années de sa vie au cantorat de l’école de Saint-Thomas de Leipzig. Ayant commencé à perdre la vue dès 1743, il meurt aveugle, malgré deux opérations de la cataracte, des suites d’une crise cardiaque à Leipzig le 28 juillet 1750.

La musique de Bach fut oubliée pendant plus de cinquante ans. C’est Mendelssohn qui sera l’artisan du renouveau de Johann Sebastian Bach en 1829.

Clavier bien tempéré
Mais voppo taciturne