LE LYCANTHROPE

La toute première tribu lycanthrope, du grec lykos « loup » et anthros « homme », est décrite par le poète Hérodote (Histoires Livre IV chapitre CV) au Ve siècle av. J.-C.

Les Neuri habitaient au nord-est de la Scythie au bord de la mer Noire et étaient capables de se changer en loups une fois l’an grâce à la magie avant de reprendre leur apparence humaine.

L’horreur est humaine, clinique et banale
Enfant de la haine, enfant de la peur

Les mentions les plus fréquentes correspondent toutefois à la version qu’Ovide nous livre au 1er siècle de notre ère dans les Métamorphoses (Livre I, 163-243). Des jeux du nom de Lykaia se déroulaient tous les quatre ans dans la région montagneuse d’Arcadie. Informé au sujet d’actes de barbarie que le roi Lycaon perpétrait lors de ces jeux, Zeus (Jupiter) descendit incognito sur terre. Le roi tenta de démasquer le dieu en servant un plat contenant de la chair humaine. Lycaon fut transformé en loup sur le champ.

Tu n’es plus que l’otage la prochaine victime
Sur l’autel écoeurant de l’horreur anonyme

Cette version du mythe aurait déjà été relatée par Théophraste au IVe siècle avant J.-C. Ce dernier aurait comparé les sacrifices de Lycaon à ceux destinés au dieu Moloch : dans un cas comme dans l’autre, la sauvagerie des hommes déclencha la volonté divine d’éradiquer tout ou partie du genre humain.

En France, c’est à partir du Moyen-âge que le loup-garou fut diabolisé par l’église catholique. Cela eut pour effet de déclencher nombre de persécutions, règlements de compte et délations en tous genres dans un véritable carnage.

Pourquoi faut quitter son igloo, ses longues nuits de loup-garou
Pour venir se cramer le chou devant des conneries de barbecues

Le 13 septembre 1573, période de très grande famine où l’anthropophagie gagnait les campagnes dont la “Vallée des Anges”, dans le Jura, le parlement Dolois autorisa une grande chasse au Loup-garou soupçonné d’avoir déchiqueté et dévoré plusieurs enfants. Deux mois plus tard, Gilles Garnier, un marginal, fut identifié et arrêté. Il avoua deux des faits qui lui étaient reprochés. Le 18 janvier 1574, un arrêt de la cour du parlement de Dole le condamna à être brûlé vif « pour avoir en forme de loup-garou dévoré plusieurs enfants ».

Je suis l’évêque étrusque, un lycanthrope errant
Qui patrouille dans le gel obscur de mon mental

Au XVIIe siècle, les esprits s’apaisent et ne considèrent plus systématiquement la lycanthropie comme une malédiction transformant un être humain en compagnon du diable. Molière en plaisante même dans les Fourberies de Scapin : la requalification en maladie incurable fait son chemin chez les esprits scientifiques.

Malgré cela, nos vieux démons ressurgissent au XVIIIe siècle avec l’affaire de la bête du Gévaudan…

J’veux faire des bulles avec mon nœud pour éloigner les loups-garous