MOLOCH

Selon la Bible, Nimrod, un arrière-petit fils de Noé, régna sur Babel où il aurait fait construire une tour assez haute pour que les flots ne puissent en submerger le sommet en cas de nouveau Déluge.

Météo-sex-appeal en matant la dérive
Du Sèvres-Babylone correspondance Ninive

Il bâtit également Ninive, mais par un artifice de cultes macabres, s’efforça de détacher les hommes de la crainte de Dieu.

Salomon, le fils du roi David, bâtit même un haut-lieu en dévotion à Chemosh, dieu des Moabites, et un autre pour vénérer Moloch, le dieu des Ammonites.

Je suis le captain M’acchab
Aux ordres d’une beauté nabab

Achab, roi d’Israël, érigea également un temple et un autel en l’honneur de Baal de sorte que les Phéniciens puissent adorer le soleil, tout comme le firent les Égyptiens sous l’Ancien Empire avec Ra (Rê).

J’y ai découvert que notre père
Moloch avait changé de partenaires

L’un de ces “faux-dieux”, Moloch, fut donc idolâtré par les descendants de Loth. Représenté sous la figure monstrueuse d’un homme à tête de veau, il figure dans l’Ancien Testament chez les Chrétiens et dans la Torah chez les Juifs.

Un prêtre prenait l’enfant amené par ses parents et le déposait sur les bras de la statue en bronze. D’autres prêtres battaient du tambour et poussaient des acclamations frénétiques pour étouffer les hurlements de l’enfant. Puis les prêtres manipulaient les bras de l’idole de sorte que l’enfant tombe dans le foyer dans lequel il allait se consumer.

Les pratiques de culte et le style de vie de ces populations païennes étaient d’une telle abomination et tellement détestables que Dieu ordonna aux Israélites d’éliminer les Ammonites lors de la conquête de Canaan.

Moloch-city destroy-machine
Ô sweet amanite phalloïde queen