RÂ (RÊ)

Dans la mythologie égyptienne, Râ, appelé aussi Rê, est le dieu soleil, source de lumière et de vie, créateur du ciel et de la terre. Râ est celui qui se serait créé lui même. Héliopolis fut son principal lieu de culte et il connut son apogée pendant la Ve dynastie.

Un vieux soleil glacé retraverse la nuit
Et c’est le long retour au point zéro

Le voyage que fait chaque jour le soleil dans le ciel, c’est celui que fait Râ depuis la création, alternativement dans sa barque de jour (Mandjet) puis dans sa barque de nuit (Mesekhet).

A l’aube, Râ se lève à l’Orient. Il est Khepri, le scarabée émergeant du sol. Il combat Apophis, le serpent géant qui cherche à anéantir la création divine en tentant de faire échouer la barque solaire. Bien que toujours vaincu, Apophis n’est jamais détruit, constituant une menace pour le monde organisé.

A midi, Râ est Horakhty, le soleil au zénith. Astre majestueux au sommet de sa splendeur et de sa puissance. Il est représenté par un homme à tête de faucon, couronné du disque solaire et coiffé de l’uræus, cobra femelle dressé sur son front dont l’œil symbolise la flamme et l’aspect dangereux du soleil.

Au crépuscule, Râ est Atoum. Il prend l’apparence d’un homme à tête de bélier et embarque à l’Occident pour traverser le monde inférieur. Apophis teinte à nouveau le ciel du rouge de son sang.

Lors de sa course nocturne, il est Auf-Râ et traverse les douze régions de l’au-delà correspondant aux douze heures de la nuit.

Dans ce monde souterrain, royaume d’Osiris, les morts sont éclairés par les rayons de l’astre solaire. Pour continuer à profiter de ceux-ci durant son périple diurne, les défunts doivent être en mesure de sortir de leur tombe et naviguer dans la barque solaire afin d’écarter d’elle les dangers.

Attention traversée d’engins
Sur Livre des morts européens

Des incantations et formules magiques, gravées sur les sarcophages ou imprimées sur papyrus, sont donc déposées dans les tombes égyptiennes ou glissées dans les bandelettes de la momie. Le recueil de ces formules et illustrations est aujourd’hui appelé “Livre des Morts”.

Soleil, Soleil
N’est-ce pas merveilleux de se sentir piégé ?
Rhâ, Rat !